Accident du 16 mars et réponse de la DRIEE

Mardi 16 mars, un accident important s’est déroulé sur le site de méthanisation O’terres Énergies à Ussy-sur-Marne.

Les habitants ont ressenti une forte odeur de soufre.Ils ont eu la désagréable surprise de se réveiller avec une forte odeur « d’œufs pourris et d’excréments », provoquant chez certains des maux de tête.

La cause ? Un accident sérieux sur le site de méthanisation O’terres Énergies en activité depuis 2014. En effet, le toit de l’un des digesteurs, c’est-à-dire de l’une des cuves dans laquelle les déchets organiques sont transformés en biogaz et en digestat, s’est ouvert.

Jean-François Delaitre, céréalier à la tête de l’exploitation et président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF) depuis novembre 2020, explique :

 « C’est dû à ce qu’on appelle une surpression : il y a un phénomène de moussage qui a fait sauter le toit. Il y a eu un échappement de gaz dans l’atmosphère, d’où l’odeur de soufre qui a été perçue dans la matinée. »

« C’est la première fois en sept ans, et ce n’est pas anecdotique. Des fois on a des interventions de maintenance préventives qui nous font faire ce genre d’opérations, mais que ce ne soit pas voulu ou pas maîtrisé, c’est extrêmement rare. »

La mairie et les services de la préfecture ont été prévenus. Une unité de gendarmerie a été envoyée sur place ce mercredi 17 mars. Une enquête est en cours.

Le site est actuellement à l’arrêt, le temps d’effectuer le nettoyage et les opérations de maintenance, mais « il est sécurisé » précise Jean-François Delaitre.

« Il n’y a aucun risque, ni pour les travailleurs, ni pour les habitants, et il n’y a pas eu d’épanchement dans l’environnement comme il y a pu y avoir l’an dernier. Mis à part le dégazage, qui a libéré une odeur très désagréable et qui a en quelque sorte pollué l’air, il n’y a pas d’autres impacts, ni immédiats, ni à venir », tient à rassurer l’agriculteur, qui rappelle sa vocation à « créer de l’énergie verte et propre ».

« J’ai des responsabilités, donc j’aurais vraiment aimé éviter cette situation. »

Immédiatement après l’accident, le céréalier dit avoir relevé les taux des analyseurs de gaz. « Le soufre est dangereux au-delà d’une certaine quantité. Or, au plus près du problème, on était à 20 ppm de soufre (qui correspond au nombre de molécules du gaz à effet de serre considéré par million de molécules d’air, ndlr), donc encore moins dans le village. »

Pourtant, le collectif Les sens des vents, créé fin 2017 pour « dénoncer les dérives du site », reste dubitatif. Comme l’explique Patrick Bisbrouck, « l’odeur est restée dans la maison jusqu’à midi, et impossible d’ouvrir les fenêtres pour ne pas faire entrer l’air vicié. Ce site de méthanisation cause au quotidien des nuisances olfactives, sonores, mais nous envoie également des poussières. Et quand il y a des dysfonctionnements de sécurité, ça aggrave les problèmes. »

Le Bureau d’analyse des risques et pollutions industriels (BARPI) a été alerté.

Le collectif s’interroge : « Cette partie du site, déjà en panne, a été ajoutée en 2018. Est-elle bien entretenue ? Bien suivie ? Sachant que c’est le deuxième accident en moins d’un an, puisque déjà en juillet, des filtres avaient brûlé. »

Ces habitants regrettent de « ne pas pouvoir vivre dans une atmosphère tranquille à la campagne. »

« À partir du moment où une cuve est laissée à l’air libre, le développement bactérien s’échappe avec le méthane qu’il contient, or, ce n’est pas particulièrement bon pour la santé. N’importe quelle odeur et n’importe quel gaz sont potentiellement dangereux, c’est une réalité. J’ai de sérieux doutes quant aux effets secondaires… Nos inquiétudes sont légitimes, et elles ne semblent pas prises en considération. »  Patrick Bisbrouck  Membre du collectif Les sens des vents

Ce dernier précise cependant qu’il n’est « pas contre la méthanisation », mais « pour une méthanisation raisonnée » : « Les gens n’en veulent pas spécialement à cette pratique ou à l’agriculteur, mais ils veulent juste être en sécurité. »

« Il faut que tout le monde comprenne que la méthanisation n’est pas aussi simple que ça en a l’air et que ce n’est pas aussi vertueux qu’on le dit. Les agriculteurs ont des comptes à rendre à la population et ce ne sont pas les seuls à décider. C’est un problème qui appartient à tous. Il faut en finir avec la non-information. »

Mairie et préfecture recevront un rapport détaillé des événements. Mais Jean-François Delaitre précise que « si d’autres personnes veulent avoir des informations et sont inquiètes, je suis prêt à toutes les discussions. »

Article extrait du Pays Briard, publié le 17 Mars 2021

 
Méthaniseur-Réponse de la DRIEE
(Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie )

– – – – – – –

Alerte du 20/03/2021 à 12:11

Suite à notre courriel du 19 mars envoyé au responsable au sein de la DRIEE de la gestion des incidents sur le méthaniseur, il nous a confirmé :

«…. l’absence de tout risque sanitaire pour les riverains et de tout risque de pollution des sols et des eaux ».

Il indique également :

« En l’espèce, la quantité de sulfure d’hydrogène qui s’est échappée du digesteur, la concentration initiale de ce gaz dans le digesteur et la dilution qui s’est opérée dans l’atmosphère au moment de l’incident, conduisent à considérer que les riverains les plus proches de l’installation n’ont à aucun moment été exposés à des concentrations supérieures aux valeurs limites d’exposition (en particulier les valeurs définies dans le code du travail).

Ce gaz étant particulièrement odorant même à très faible concentration, les riverains ont toutefois pu être temporairement incommodés par des odeurs (non toxiques et non irritantes à ces niveaux de concentration).»

Par précaution, il s’est déplacé sur site mercredi 17 et a constaté que « la situation décrite par l’exploitant ainsi que l’ensemble des actions et la surveillance mis en œuvre par ce dernier étaient conforme à ce qu’il avait déclaré. 

… La commune d’Ussy-sur-marne sera destinataire du rapport d’inspection qui sera établi suite à cette visite.»

Article édité par la Commune d’USSY SUR MARNE, paru sur Panneau Pocket le 20 Mars 2021